Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Efficacité énergétique’ Category

ImageLe groupe de travail « Financements innovants de l’efficacité énergétique » présentait jeudi 17 janvier en séance plénière, les grandes recommandation du rapport (qui reste à finaliser) qu’il remettra à la fin du mois à Philippe Pelletier. Principale « innovation » : le tiers financement. … Lire l’article

Publicités

Read Full Post »

                                                                 

Après un an d’occupation, l’immeuble de bureaux Green Office de Meudon (92) livré en 2011 affiche un excédent de 9 % entre sa production d’énergie et sa consommation. Grâce à un bâtiment performant, un contrat de performance énergétique, des outils de pilotage et des occupants motivés…. Voir le portfolio 

Read Full Post »

L’efficacité énergétique se définit comme une consommation d’énergie moindre pour un même service rendu. Elle est ou sera, selon la volonté des acteurs, des pouvoirs publics et de la société, un marché du futur et une filière innovante et créatrice d’emplois.
Tout y invite : l’obligation de réduire par quatre les émissions de gaz à effet de serre, la nouvelle directive européenne efficacité énergétique à transcrire, l’augmentation prévisible du prix de l’énergie, la présence en France de leaders industriels et d’un important secteur artisanal dans ce domaine.
L’enjeu est de taille : l’efficacité énergétique constitue la première source potentielle d’énergie domestique à l’horizon 2020.
Pour y parvenir et maintenir l’effort dans la durée, certaines orientations sont incontournables : choix politiques forts, vision à long terme, continuité des politiques publiques, meilleure information des citoyens.
Rien n’aboutira cependant, et cet avis le souligne avec force, si les moyens financiers ne sont pas à la hauteur des enjeux et si des programmes de financement innovants ne sont pas développés.

Read Full Post »

ImageLa transition et l’efficacité énergétique, vues par le CESE

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) émet deux contributions au débat national sur la transition énergétique.

Il publie deux projets d’avis, l’un abordé sous l’angle environnemental : « La transition énergétique : 2020-2050 – Un avenir à bâtir, une voie à tracer », l’autre sous l’angle économique « Efficacité énergétique : un gisement d’économies ; un objectif prioritaire ». Les deux rapports ont été soumis au vote en séance plénière du 9 janvier 2013.

Résultat : sur 164 votants, 154 pour, 3 contre et 7 abstentions pour l’avis sur la transition énergétique et sur 168 votants, 149 pour, 3 contre et 16 abstentions pour l’avis sur l’efficacité énergétique. Le CESE espère que ces avis donneront un éclairage au débat et pourront servir de guide. Il défend une vision très large de la transition énergétique qui doit aborder les aspects environnementaux, économiques, géopolitiques, sociaux et sociétaux.   « Aller vers une société sobre en carbone en énergie n’est pas une option, c’est un impératif porteur d’opportunités, de nouveau mode de développement économique et de création d’emplois », rappelle Jean-Jouzel, rapporteur du rapport sur la transition énergétique. « Nous voulons une transition pertinente, réfléchie et partagée », estime quant à elle, Catherine Tissot-Colle, 2e rapporteur du rapport.

Plus d’infos : http://bit.ly/Y9ASsg

 

Read Full Post »

L’Ademe livre une vision ambitieuse sur la contribution des énergies renouvelables au mix énergétique dans un document prospectif, « vision 2030-2050 », publié en vue du débat national sur la transition énergétique.

Point notable de ce scénario : la place importante accordée à la maîtrise de demande en éenergie, notamment dans le secteur du bâtiment, qui représente 44% de la consommation énergétique nationale. Autre particularité : en misant sur une montée en puissance des sources renouvelables, le mix énergétique envisagé en 2030 est compatible avec une réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% dans la fourniture d’électricité. La synthèse a été publiée en novembre 2012 et la version détaillée, qui déclinera notamment les implications socioéconomiques du scénario, paraîtra début 2013.

Pour accéder à la synthèse « Vision 2030 – 2050 » :  http://www.industrie-techno.com/l-ademe-livre-un-scenario-ambitieux-pour-la-transition-energetique.22678#xtor=EPR-25

Read Full Post »

En partenariat avec le Conseil régional de Bourgogne, l’Etat et la CCIR, six entreprises bourguignonnes (ARCOM, BEST ELECTRONIQUE, COUBLANC STORES, GELECSYS, EnR’CO et TRIO2SYS) ont lancé le 5 avril dernier un cluster dédié à la Gestion Active du Bâtiment en Bourgogne : le cluster GA2B.

Connue par le grand public sous le nom de domotique ou de bâtiment intelligent, et baptisée « gestion technique du bâtiment (GTB) » par les professionnels, la Gestion Active du Bâtiment (GAB) marque l’entrée de l’automatisation des bâtiments dans la dynamique du Grenelle de l’environnement.

Un cluster pour fédérer les industriels et participer au développement économique de la filière

Face aux évolutions réglementaires (Loi Grenelle et Réglementation Thermique 2012 notamment), techniques et sociétales, le secteur du bâtiment, secteur le plus énergivore (45% de la consommation énergétique bourguignonne) doit s’adapter et réduire ses consommations énergétiques.

Outre l’amélioration de l’enveloppe des bâtiments par une meilleure isolation (système passif d’économies d’énergie), l’atteinte des objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement (réduction de 38% des consommations énergétiques dans les bâtiments et les logements d’ici à 2020) implique un travail sur le système actif d’économies d’énergie, à savoir la Gestion Active du Bâtiment.

Or, alors que l’automatisation des bâtiments commence à devenir une réalité, la filière est, à ce jour, peu organisée (peu de bureaux d’études dédiés et peu d’installateurs spécialisés). Aussi, au lieu d’être le point névralgique du bâtiment, le lot « GAB » en reste le parent pauvre avec des offres difficilement valorisables et des systèmes très peu adaptés aux besoins. Il en résulte beaucoup de contre-références, néfastes au développement de ce marché prometteur et une grande confusion sur les solutions et les métiers.

Face à ce constat, six entreprises bourguignonnes ont décidé de fédérer les industriels et de participer au développement économique de la filière en créant le cluster GA2B.

Pour consulter le communiqué de presse, cliquez ici.

 

Missions et objectifs du cluster GA2B

Le cluster GA2B vise plusieurs objectifs :

  • Mutualiser les compétences autour de la Gestion Active du Bâtiment en Bourgogne.
  • Faire la promotion de ce secteur d’activité auprès des professionnels mais aussi des maîtres d’ouvrage.
  • Favoriser l’innovation pour développer de nouveaux produits ou services dans la GAB.
  • Faciliter les partenariats et investissements dans des projets innovants.
  • Assurer une veille sur les dernières technologies et en informer les entreprises de la filière.

Avec pour point commun la conception, la fabrication ou l’installation de produits dotés d’automatismes, le cluster se trouve à la croisée du bâtiment et de l’industrie : fabricants de capteurs, d’automatismes, intégrateurs et installateurs, bureaux d’études.

Les membres fondateurs souhaitent y ajouter les fournisseurs d’énergie, les maîtres d’ouvrages et les organismes de formation. L’école d’ingénieurs des Arts et Métiers ParisTech de Cluny (71) devrait être de la partie.

Avec l’ambition de rassembler une vingtaine d’adhérents d’ici la fin de l’année, le cluster souhaite également attirer des entreprises des régions voisines de Franche-Comté et de Rhône-Alpes.

Première opération prévue : l’organisation d’un salon de la gestion active du bâtiment en Bourgogne en 2013.

 

Les 6 membres fondateurs du cluster GA2B

  • ARCOM, concepteur et fabricant d’automatismes communicants pour le confort et la maîtrise de l’énergie à Saint-Marcel (71).
  • BEST ÉLECTRONIQUE, sous-traitant de l’électronique et fabricant de luminaires à Leds à Gevrey-Chambertin (21).
  • COUBLANC STORES, fabricant de fermetures et articles textiles pour le bâtiment à Coublanc (71).
  • GELECSYS, bureau d’études spécialisé dans la gestion technique du bâtiment à Chalon-sur-Saône (71).
  • EnR’CO, économie de la construction, études et conseils en énergie à Dijon (21).
  • TRIO2SYS, concepteur et fabricant de capteurs avec le protocole Enocean à Flavignerot (21).

Read Full Post »

La mise en place de standards d’efficacité énergétique dans l’électro-ménager devrait permettre d’économiser $1000 milliards d’ici 2035.

Katherine Tweed: March 9, 2012

There is a great debate amongst utilities about how to get customers, large and small, to cut peak load. There are carrot approaches, such as rebates, and then there are sticks, like mandatory commercial critical peak pricing. Another approach, which is more long-term and not discussed as often, is increasing appliance and equipment standards for the biggest electricity hogs in homes and businesses.

The appliance standards currently in place will save the U.S. more than 200 quads and $1.1 trillion by 2035, according to a new study by the American Council for an Energy Efficient Economy, The Efficiency Boom: Cashing In on Savings From Appliance Standards.

It is a difficult sell to tell people that despite rising electricity costs and rolling blackouts, things could be a whole lot worse. But that is the case, especially with standards. The more efficient products will save 240 gigawatts in peak demand in 2035. Another 67 GW, or 6 percent of the total U.S. generating capacity for 2035, could also be offset by new standards being implemented in the coming years.

The need to cut peak has utilities looking at all sorts of consumer-facing programs, from industrial demand response down to residential efficiency. But many of these programs relay on humans — either to answer the phone and start a demand response program, or adjust an air conditioner on the hottest days of summer.

All of that will still need to happen, but taking humans out of the equation should be a focus for legislators. The Obama administration has been bullish on fuel economy standards, and appliance standards have been raised during the president’s tenure, but more could be done.

 

Read Full Post »

Older Posts »